Chilla adoucit notre rentrée avec son « 1er jour d’école »

Avec un titre surprise sorti ce 14 septembre, Chilla fait sa rentrée en adoucissant la nôtre. 

CoverChilla
« 1er jour d’école » est disponible ici.

Depuis la sortie de son EP Karma en novembre 2017 et, plus récemment, de la bombe « #Balancetonporc », dont le clip débutait avec les captures d’écran de commentaires abjects que la jeune femme recevait, la voix de Chilla s’était faite plutôt discrète. Heureusement pour son public, la sortie de « 1er jour d’école » vient rompre ce silence et annonce, peut-être, de nouveaux projets à venir – d’autant plus qu’elle annonçait récemment chercher des figurants pour un clip.

Souvent étiquetée trop simplement comme une « rappeuse féministe » ou une « femme qui fait du rap », Chilla est avant tout une musicienne accomplie. Pendant plus de dix ans, elle joue du violon avant de se tourner vers le hip-hop, à peine sortie de la majorité. Autrice, elle utilise le rap comme un exutoire avec ses coups de gueule politiques (à l’instar de sa « Lettre au Président ») et sociaux (avec « Sale Chienne » ou « Si j’étais un homme », entre autres).

À même pas 24 ans, celle qui s’est fait remarquer par des artistes, tels que Kery James, Lino, Jok’Air ou Bigflo & Oli, signe aujourd’hui un titre écrit en collaboration avec le rappeur Youssoupha. Portée par une boucle mélodique de guitare et un beat entraînant, Chilla continue de juxtaposer ses talents, avec des couplets rappés et un refrain chanté.

L’artiste se replonge dans ses souvenirs d’enfance (« Maman cherche les billets, Papa dans nos prières, mauvaise élève je suis dissipée, le frère lui veut briller ») et les « coup(s) de pression » inévitables des premiers jours d’école. Entre injonctions (« Ils me répètent faut grandir, trouver travail, fonder famille, penser avenir ») et manque de repères (« J’aimerais apprendre ce qu’on n’apprend pas à l’école, comment grandir si je ne comprends pas les codes »), elle fait état des difficultés d’un thème inépuisable : le passage à l’âge adulte.

Pas d’inquiétude Chilla, nous non plus on n’a pas encore tout compris du fonctionnement de la vie d’adulte, et ça fait du bien de nous montrer qu’on n’est pas seul·e·s.